4.7.08

Les slammeurs en finale de la Capitale

Je sais que je n'ai pas fait de compte-rendu de la demi-finale de juin et je m'en excuse. Petit problème technique de caméra vidéo que je tenterai de résoudre en fin de semaine...

Mais sans plus tarder quand même, voici les finalistes qui seront en compétition le 18 août prochain lors de la finale à l'AgitéE (251, rue Dorchester à Québec):
  • Annie Beaulac (1ère place de la 2e demi-finale)
  • Frédérick Carrier (1ère place de la 1ere demi-finale)
  • Christine Comeau (3e place de la 1ere demi-finale)
  • Valérie Côté (4e place de la 1ere demi-finale)
  • Paul Dallaire (2e place de la 2e demi-finale)
  • Jean Désy (2e place de la 1ere demi-finale)
  • LeRoy K. May (3e place de la 2e demi-finale)
  • Pierre Lavallée (4e place de la 2e demi-finale)
Comme vous pouvez le lire, j'ai réussi à me glisser en finale, quelques fractions de point devant Pierre Lavallée, et quelques fractions derrière Paul et Annie. C'était une soirée vraiment électrisante.

Premièrement, il faisait chaud (phénomène rarissime ces temps-ci), deuxièmement, TOUS les slammeurs ont été excellents, et ceux qui ne sont pas passés en 2e ronde (Louis Desruisseaux, Pascal Larouche et Véronica Rioux) ont livré des performances qui auraient très bien pu les pousser en finale. Le jury en a décidé autrement, mais c'était extrêmement serré.

Voici les scores finaux, gracieuseté du demi-finaliste Marc Lebel, qui est passé à deux cheveux de faire la grande finale:

Slammeur 1ere 2e Total
Annie Beaulac 27,4 27,5 54,9
Paul Dallaire               28 26.4 54,4
Pascal Larouche 26,3    
Leroy K May 26,8 26,7 53,5
Louis Desruisseaux 26    
Marc Lebel 26,4 25,8 52,2
Pierre Lavallée 26,6 26,2 52,8
Véronica Rioux 26,1    

Comme vous pouvez le voir, rien n'était gagné d'avance!

Félicitations à tous, et je partage avec vous mon nouveau motto : il n'y a pas de honte à se faire batte par Annie Beaulac, tabarnak :)

2 comments:

Jack said...

Félicitation Leroy K.May! Je suis fier de toi.

LeRoy K. May. said...

thx mate! je ne passe plus souvent par chez nous, ni chez vous d'ailleurs. faut croire que c'est l'été les filles sont déshabillées les filles sont déshabillées.