3.12.07

Le frère Jacques

En ce beau temps de tempête, une p'tite entrevue de notre ami Jack... Kerouac avec Fernand Séguin à Radio-Cadenas.

3 comments:

Critical Masse said...

Oui pour la photo, une autre passion que je tente de concrétiser!

Félicitations pour ton slam, j'espère que tu continueras dans cette veine! Tu m'as inspiré, j'assisterai à mon premier slam poetry night ce soir à NYC.

superk said...

critical: kool pour les photos!

et essaie de nous rapporter des images du slam, tu pourrais être notre reporter spécial de NYC :)

Jack said...

Avec mon grand âge, j'ai des petites histoires. Mais la mémoire des dates peut chambranler.... C'était, il me semble, en 1985, un dimanche matin, tôt, fin août. Faisait beau. Le FFM battait son plein. Je me rendis au cinéma Le Parisien pour voir Kerouac, the movie, de John Antonelli

(http://www.imdb.com/title/tt0089410/), un gars du Mass. Mi-fiction,mi-documentaire, ce film m'a déçu. Je ne pouvais me résoudre à voir Kerouac interprété par une espèce de beau brummel italien un peu efféminé. Pas ça pantoute! Après la séance archi bondée, il y a eu un échange avec le réalisateur qui a certes valu le déplacement. Je lui ai moi-même parlé en tête à tête quelques instants. Parce que son projet relevait de la même logique, j'étais curieux de savoir s'il avait pris en compte un livre important pour moi : An oral biography of Jack Kerouac (Barry Gifford & Lawrence Lee, St-Martin Press, 1978). Il ne connaissait pas véritablement le bouquin! Les bras m'en ont tombé. Auparavant, une ancienne de Radio-Canada fit une intervention remarquée. Elle a rappelé le passage de Kerouac au Sel de la semaine dans les années 60 et craignait que l'archive, comme tant d'autres, soit détruite. Elle souligna aussi avoir accompagné Kerouac dans quelques bars de la rue Ste-Catherine lorsqu'il venait à Montréal. Cette sortie ne tomba pas dans l'oreille des sourds puisqu'à l'automne 1986, il fut possible de visionner le document dans le cadre du festival du nouveau cinéma (il me semble). Au même programme, on y présentait Pull My Daisy (1959). Tabeurn qu'ils s'amusaient ces jeunes-là!

J'ai lu que Kerouac se trouva indigné de la réaction du public sur le plateau du Sel de la semaine. Il a cru qu'on riait de lui, de son accent... Dans les recoins de sa sensibilité, s'il avait su pourtant comme il est notre frère!

Pour l'heure, je ne sais pas ce qui retarde depuis 2005 la sortie de Sur la route de Cappola!