29.1.08

And the winner is...

Si vous avez écouté l'émission Vous m'en lirez tant dimanche passé, vous savez déjà que j'ai terminé... X

Mais pour ceux qui avaient du lavage à faire, qui ont préféré mélangé du vin de dépanneur avec des restants de vieille Bud dans un coin de Verdun, ou qui ont soigné des enfants malades, voici mon 'ti-résumé...

Je suis arrivé avec mon scénario en main, que j'ai retravaillé beaucoup plus que les autres... ça ne venait pas, je n'arrivais pas à trouver les bonnes phrases, la bonne synthèse, pas facile d'écrire un synopsis finalement...

Mais après 4 essais moyens (dont un qui a été ramassé par SuperJoe en personne, ex d'Hors Champ, faut le dire...), et des lectures critiques qui m'ont presque valu un bof de La Muse, ben j'ai réussi à écrire un p'tit synopsis punché, racontant un roadmovie à travers les Prairies et l'Alberta (non mais who would have thought?!?).

Résultat : première place, ce qui me valait un laisser-passer pour la finale contre Marie-Hélène Dubé (un secret : j'avais l'impression qu'on se rendrait les deux en finale depuis le début).

Le thème : on a un mur de briques, et on doit écrire une phrase pour la postérité de moins de 30 mots. Je m'assois dans un coin du bar et je réécris la Fée Vrillée, mais aucune phrase ne ressort vraiment du lot...

Puis j'ai un flash : l'amour.

J'écris en une minute et quart une phrase de 26 mots qui, à mon avis, est killer. C'est un ode à ma muse, le genre de texte que les couples du futur aurait pu se lire en sortant du métro Mont-Royal.

Marie-Hélène a la même idée, elle exploite le même thème.

Les jurys sont un peu déçus, ils s'attendaient à quelque chose du genre Vous êtes pas tannés de mourir, bande de caves! de Péloquin.

Différence générationnelle? Qui sait.

Mais Marie-Hélène, qui a le sens de la formule, finit son texte par le mot imbriqué et c'est, à mon avis, ce qui lui a mérité de remporter le MacBook!

Grgrgrgrgrgr!

Si c'était à refaire, vous savez ce serait quoi ma phrase de moins de 30 mots?

2050. Enfin! On l'a légalisée!


Je me console en me disant que je peux écouter la radio satellite où ça me tente (c'est ce que j'ai gagné), et que, si on se souvient des finalistes de la première Star Académie, ben c'était pas Wilfred Lebouthillier le meilleur ;)

J'aimerais remercier ma muse, qui endure mes crise d'artissssse, le possee du roi camé, qui m'a encouragé pendant 3 semaines à me surpasser, mon agent Jack, qui a fait un autre beau compte-rendu de l'événement, and the big fat guy up there for his support.

Peace all, au prochain SLAM, à Québec!

8 comments:

Critical Masse said...

Sur la même lancée, Gore jouit d'une meilleure cote de popularité que Bush et il a remporté un prix Nobel! Félicitations, j'ai bien aimé suivre tes prouesses littéraires à distance.

superk said...

thx nat! je ne sais pas si ta comparaison tient la route, mais j'vais le prendre :)

carOlinade said...

merci de nous partager ton vécu ... j'adore ! C'est vrai que ça n'a pas dû être facile tout le temps mais chapeau l'ami ! je suis pleine d'admiration devant ta ténacité et ta passion. Et pleine d'empathie pour la muse (quoi que dans mon couple, c'est moi l'artiste qui énerve ahhaha) Bref!
Maudite belle expérience !

pjolin said...

L'important ce n'est pas de participer. Il faut gagner mais pas nécéssairement dans un concours! Tu as tout compris :)

P.S.: Il faut croire que l'amour c'est perdant ...

superk said...

carO: moi aussi je suis celui qui énerve :)

pjolin: i'm a loser baby, so why don't u kill me ;)

en train de lire le journal de kur(d)t cobain: ça humilie, le gars est un génie, sérieux.

carOlinade said...

des détails stp sur le journal de Cobain et l'humiliation que ça suscite ? Des précisions sur son génie... je suis curieuse...

le rimailleur said...

Depuis notre référendum français sur l'europe, je préfère de totue façon les nonistes aux ouineurs.

superk said...

il y a une dizaine d'années, j'étais contre tout : les enfants, la politique, le cinéma, tout.

il y a dix ans, j'aurais été contre les concours aussi.

je devrais lancer un contre-concours...