6.2.09

Censure louvienne

Après avoir révélé à Nina louVe qu'ell figurait dans mon roman, mais qu'elle en disparaissait, voilà qu'elle me menace par l'entremise de sa horde de lecteurs mi-loups mi-chacals d'arracher la page 100 où elle disparaît!

Mais c'est une tentative de censure! Comment la fiction peut-elle vivre lorsqu'une salop'arte comme Nina louVe hante vos pages, jusque dans votre Gtalk pour réprimer votre imagination?

Je dis non!

Voilà pourquoi j'appelle tous les êtres de fiction aux armes!

Manifestez-vous chez la louve, publier des disaparitions dépourvues de E.

Ou publiez des Manifestations vibrantes de E partout sur la louVe qu'elle en disparaisse sous les angles de cette lettre magique et facétieuse.

Aux armes, etc. Chez la louVe chienne salop'arte!

P.S. - Tu disparaîtras peut-être toi aussi, lecteur. Mais c'est pour ton bien, et je vais l'avoir

18 comments:

cat said...

Nina Louve ne peut disparaître, impossible, effacée de ci elle revient de là, toujours, immortelle la louve, et toutes les pages 100 de tous les romans à venir disparaîtront mais pas Nina non, pas Nina...tralalalalalala
et non seulement elle ne disparaitra pas mais elles sera partout à la fois, à toutes les pages, dans tous tes rêves, tous tes cauchemars, omniprésente, ses traces de pattes s'imprimeront sur tes pages, s'infiltreront dans l'encre des pages, et iront tâcher de pattes et de crocs tous les murs de ta maison, elle te suivra à la trace, car toi même auteur ninacide, tu deviendras elle, et tu n'écriras plus que pour elle, et tu diparaitras en elle...
(ça va comme ça Nina ? j'te bise belle bête)

Nina louVe said...

Oh Yeah Cat, et à 2 ou à 100, nous aurons le salo'art de K. Nan, j'ai dit nan je ne meurs pas dans ton roman espèce de pétard slammesque bleue (GrRrr !) à l'enKre de gazoline.

le rimailleur said...

Comme j'lai dit là-bas, tout ça est bien embêtant. C'est vrai que ça ne se fait pas trop comme ça, de refroidir une dame à la page sang. D'un aut' côté j'voudrais pas qu'tout ça soye mal interprété. Veux pas dire que j'rejoins la meute. Faut pas croire non, j'ai une intrigue aussi. Ouais. Lacher comme ça mes zéros, pour que ça clic dans une autre histoire , c'est bien embêtant. Alors, bon...

lubna said...

cher monsieur Leroy k dont la couronne est épine sachez que ce n'est pas une page qui fera disparaître le hurlement de la louve
vous tentez de l'occire , l'étouffer d'un seul mot ?
mais il vous faudrait une vie entière pour mener à bien cette tentative
ne gachez donc pas votre énergie à de vaines tentatives mais plutôt à tenter de lui rendre les hommages auxquels elle peut prétendre et que vous lui enviez !
à mal décideur , salut !

Nina louVe said...

louVe you Lub...na !

LeRoy K. May. said...

eh ben eh ben, quelle rage, quelle fougue!

la disparition de la sirenamiga est en grande partie due à sa propre faute.

ses commentaires se sont terminés en un BRAVOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO retentissant, puis rien. plus de signal.

d'où sa disparition.

mais tout cela n'est que fiction.

Jack said...

Bon! Y para que mon personnage est lui aussi sur les planches? Bah! Chinoiserie narcissique des romanciers ! Eh bien swatt : que ça serve de chair à roman les lettres majuscules d'un prénom volé à son grand oncle mort de syphilis en 1933! Vra de vra! Mon oncle Jack calait les bouteilles de fort d'une seule shot pis y frôlait le plafond des cabarets de Montréal avec ses bottes, en dansant! C't'une légende. Attention ! Mais moé, le Bébé des Jack de la famille, je pense comme Mignon dans La vie minuscule : il est à propos pour un écrivain de faire le mort. Et je dirais aussi avec Aragon que « C'est de la mort que renaît toute chose. »

Que le Héros jouisseur seul au bout de ses pages ayant éliminé toute âme qui vive se la tienne pour dire le corps et la ponctuation...

En terminant, je trouve l'écriture de Cat magnifique.
=^..^=

LeRoy K. May. said...

jack, tu entreras dans la légende comme ton grand-oncle jack, en disparaissant.

si tu veux, tu calleras une bouteille de fort d'une shot avant d'être le premier à rejoindre la noosphère.

tu seras le premier de la triple et sainte union des disparus des évanouis des envolés en fumée à errer dans la noosphère pour hanter les romans à venir qui finiront en marge en didascalies en pied de page irrésistibles.

on devrait faire disparaître du monde plus souvent, ça r'monte le canayen.

Nina louVe said...

ok

battante seule. vivante tout court.

Jack said...

Comme ça, comme d'habitude, j'ouvre le chemin?

ok!

Je te cite à témoin :
«si tu veux, tu calleras (sic) une bouteille de fort d'une shot avant d'être le premier à rejoindre la
noosphère.»

Oui, je le veux. Fais-moi Hakuta Matata.

Recette :
10 onzes de rhum blanc Havana club
2 cl de liqueur de bananes
6 cl de sweet & sour
6 cl de jus d'ananas
+ une revue cochonne.

Jack said...

J'voulais dire : Hakuna Matata

http://www.youtube.com/watch?v=ejEVczA8PLU

Et avant de passer trou, ai-je droit à une dernière cigarette? Si?

Fais-moi jouer du Sinead and I'll dead red mort.

http://www.youtube.com/watch?v=pqh8dikSoTM&feature=related

«Let the words of our mouth
And the meditation of our hearts
Be acceptable in thy site
Here tonight.«

Tyrane said...

Ha ! Ha ! Ha !
Je t'ai croqué tout cru, Super K !
Vas voir là : http://tyran-e.blogspot.com/2009/02/louve.html !

Nina louVe said...

K, EX-hero gaz,

TYrane a une armée complète aVec elle. devant, dessous, derrière et même au ciel.

où iras-tu ouiratudonk pour te cacher ?

le rimailleur said...

T'occupe de ça docteur May, va ton histoire, c'est pas des personnages qui vont faire la loi quand même. Remmeber le père Alfred qui savait disparaitre lui. Un maitre, une élégance.

Nina louVe said...

Rimailleur, j'tadore.

K n'est ni mon EX hero gaz ni un ennemi à la patte d'encre. son écriture m'emporte depuis 2006. tout simplement du génie, rien de moins. du génie organisé, pas frisé fou. et, (hé hé hé )
que je crève ou non à la page 100,
je serai là, debout à regarder la fin du livre et le début de cette belle et grande aventure.

je tM K !!!!!!!! my Herrrrôo Gaz friendlYcomplice.

Bourbon said...

Aie aie aie il y a longtemps que je n'avais vu tant de scriveux se déchirer la pense. On se recroirait dans l'art de la guerre de sun tzu comme des fourmis à planifier nos stratégies déliriennes pour assouvir notre grand mal des apparences.

Il faut quand même lever notre verre au roi camé qui sans se dérider les fesses a su provoquer l'une des plus belles avalanches de méta-textualité blogante.

En passant, à la page 18 tu t'appropries une citation de ma jeunesse : "Si boire était un crime, nous serions tous morts de delirium tremens". Je te la laisse à condition que tu me donnes 2 % de tes futures ventes. Et je ravale le "Eric c'est pour personne".

Jack said...

Bourbon, puisque tu peux lire au fur et à mesure, dis-moi, est-ce que ma mort et mé-mort-rable? Ou bien, est-ce qu'on tourne la page bien vite? Ma question est bien sûr un piège à ours.

LeRoy K. May. said...

vous êtes tous plus fous les uns que les autres. merci de participer au délire :)

jack, ta disparition était écrite mais elle sa réécrit au fur et à mesure des commentaires et des ajouts de l'asile nommé LKM.

bourbon ne sait rien de ton évaporation.

rimailleur, le père alfred est mon sauveur; je devrai mettre en cage ces personnages récalcitrants qui pensent avoir une vie sans auteur. c'est de l'hérésie. merci d'accepter ton destin comme jack le sien.

et comme je suis réconcilié avec la sirène qui ne veut pas mourir, toute censure peut toujours avoir lieu, mais la censure fera partie du roman :)