3.2.09

Silence. On écrit.

Le silence radio que vous entendez depuis un bout de temps se justifie par une raison valable: je mets les touches finales à un roman.

Sera-t-il bon? Sera-t-il publié? Sera-t-il publiable?

Sais pas.

Mais je sais que c'est pas facile d'inscrire le dernier point. C'était pas plus facile d'écrire le premier mot, non plus.

J'ai entrecoupé les périodes d'écriture, de relecture et de correction:
  • de quelques contrats
  • deplusieurs mauvais films
  • d'une pétition pour que Steve Coleman soit invité au Festival de jazz cet été
  • d'innombrables brassées de linge
  • sans parler des matchs inégaux du CH
Au moins j'ai pas trop perdu mon temps sur fesse de bouc.

Mais j'ai bon espoir que d'ici la fin du mois, probablement avant, je pourrai expédier mon manuscrit chez un éditeur près de chez vous.

4 comments:

Meta said...

Ton manuscrit,ce sera de la bombe,personne n'en doute. (Jai évidemment mis le mot «bombe» pour que la CIA mette ton blog sous écoute). Un peu d'action ne nuit jamais à l'inspiration...

Nina louVe said...

(rires) Méta, tu l'as l'affaire !

ô yeah, ce roman n'en ai aucun doute dear K, sera cru, fort, horrible, terrible, capoté, viré sul top.

feras-tu un haïku ou deux dedans, pour que j'apprenne encore à compter ?

Houuuuu...ton point final, sera-t-il fatal ?

le rimailleur said...

On croise les poings pour que ce point, soit au final , le clou enfonçant et pour parodier Brautigan, les portes de la littérature américaine.
Bien à toi.

LeRoy K. May. said...

meta. merci, j'avais justement besoin d'un agent double de plus dans mon roman.

nina. c'est un complot féministe.

rimailleur. aye! clore les portes de la littérature américaine, tout un challenge!

tous. vous faites tous partie du roman. mais tout n'est que fiction.