4.11.09

Publication de Mayday! (ou retour sur le Busy Busy Friday)

Il y a deux semaines dans mon Busy Busy Friday, j'annonçais que je rencontrais deux éditeurs à Montréal.

Et puis plus rien.

Zilch.
Niet.
Nada.

Je t'ai laissé dans le néant. C'est que la vie suit son cours et qu'on n'a pas toujours le temps de te garder à jour. Réparons les pots cassés.

Donc:
  • arrivé à Montréal vers 13h50 à la station de bus Orléans Express
  • pris le métro jusqu'à Mont-Royal (14h)
  • petite marche vers l'est jusqu'au Sushi Shop (14h15) pour un 5 minutes de remplissage bien mérité
  • re-petite marche vers l'est jusqu'au Verre Bouteille (14h30) où, à mon grand dam, la connexion Internet ne marche pas
Trépignation.
Frustration avec le sourire.
Espresso

Ragé d'utiliser Linux (ah mais c'est peut-être pas la faute du pingouin ben oui c'est ça)

Je scrute l'espace du regard car je n'ai aucune idée de quoi a l'air mon premier rendez-vous, Éric de Larochellière de Le Quartanier. Puis, on se croise (15h), on se reconnaît, on se parle. Pendant presque quatre heures.

D'entrée de jeu, il me prend par les sentiments: il m'offre Dhalgren de Samuel R. Delany, une brique de 800 pages aux frontières de la science-fiction et du roman post-moderne (m'explique-t-il).

Pris de cours.

Pendant quatre heures donc, on parle de Mayday!, de moi, du Quartanier, de lui, et le temps file sans que je m'en rende compte. Il arrive à deviner quel est l'autre éditeur que je rencontre plus tard et me dit même que Mayday! se publierait très bien là-bas, aussi.

Résultat : je suis presque en retard pour mon deuxième rendez-vous, à 20 heures.

Donc:
  • départ du Verre Bouteille (18h50)
  • je croise Karine Denault alors qu'elle arrive et que je pars (18h51)
  • marché vers l'ouest jusqu'à un Pizza 2=1 (souvenirs!)
  • mangé deux pointes all-dress avec un Coke (19h10). Gastronomie.
  • téléphone à la tite famille pour savoir qui a mangé son lunch et qui a eu A dans sa récitation
  • pris le métro jusqu'à Berri (19h25)
  • sorti sur Berri  (19h40)
  • marché jusqu'à Ontario pour me rendre au Cheval Blanc (19h55)
Là, je rencontre Guillaume Cloutier des éditions de Ta Mère (qui, lui aussi, devinera que l'autre éditeur, c'est Le Quartanier).

On parle pendant 1h30 du roman, de l'édition, de la vie, c'est beaucoup plus relaxe, mais les mêmes questions ou réflexions sont là, les deux éditeurs ont une vision assez similaire de là où peut aller Mayday!

Puis, je vais m'écraser chez Bourbon (22h), vidé d'avoir parlé pendant cinq heures et demi, alors que d'habitude, je ne parle que dans ma tête!

Ceux qui me suivent sur Twitter le savent déjà, mais pour toi, celui qui se dit que Twitter c'est pour les twits, une image vaut 140 caractères:



Cette excellente nouvelle implique toutefois que je retire Mayday! de ce doux foyer qu'est LKM. Je le laisse donc en ligne jusqu'à dimanche, après quoi, je retirerai définitivement les aventures du docteur May de mon blogue.

Contrat oblige.

Remarque: La version que j'ai envoyée à Le Quartanier est assez différente de celle qui se trouve ici, et celle qui sera publiée sera aussi fort probablement tout aussi méconnaissable.

9 comments:

Symon Dé said...

ALLÉLUIA!

LeRoy K. May said...

praise the Lord ;)

Bourbon said...

Totemo sugoi desu ne!

Bourbon said...

L'annonce du résumé de l'histoire de K déguisé en Dr. à Montréal pour parler de Dr. May à deux mecs qui publient ce type d'histoire :

http://ligneselectriques.blogspot.com/

Jack said...

Parle-moi de ça! Saudite bonne nouvelle.

(le reste perso).

melodienelson said...

Félicitations à toi, à Dieu, à tes inspirations.

Tu mérites une étampe du mot HOT sur le dos de la main.

Bisous!

Nina louVe said...

BraVo dear K!!

LeRoy K. May said...

merci @tous, trop de love, trop de love!

le rimailleur said...

Yes !!