19.12.06

30 Seconds in Urbania

Voilà 3 jours que je n'ai parlé à personne. Le vent souffle comme un enragé. Dans les artères remuantes de la ville, les véhicules filent à vive allure et découpent la silhouette des passants au dos courbé à travers leurs phares opalins.

Puis, le soleil se met à pleurer sur la fille qui a le cul le plus extraordinaire du quartier. Au loin, un squeegie crie des mots particulièrement orduriers en direction d'une BMW rutilante.

L'effet est ravageur.

(contribution de lexyplum)

2 comments:

Nina Louve said...

Tout petit texte plein de belles images.

superk said...

Merci merci.

Pour cet exercice, lexyplum et moi nous sommes donnés comme seule règle de faire court.

Et ça donne de beaux petits textes :)

D'autres s'en viennent, c'est ma nouvelle « blog-série ».

Mais ni Fabienne Larouche ni Réjean Tremblay n'ont participé à l'écriture ;)