22.5.08

Ça slammait le 19 mai, j'vous l'jure!

C'est toute une demi-finale à laquelle nous avons eu droit lundi dernier!

Rappelons qui étaient les slammeurs en lice:

  • Valérie Côté
  • Roger Mariage
  • Jean Désy
  • Christine Comeau
  • Denis Belley
  • Frédérick Carrier
  • Edmé Étienne
  • David Verret (absent)

Après les préparatifs habituels, explications des règlements, prière slam et slam sacrifié d'André Marceau, qui s'est lancé dans une reprise rythmique de la sainte suite à l'origine de La Batêche de Miron:

« C'est pas ça, vous l'avez pas pantoute. C'est comme ça qu'on dit : Crisse de câlisse de tabarnak d'ostie de saint-chrême... »

On a eu droit au show.

Mais avant de commencer... Dans la vie comme au hockey, tout ne tient qu'à un fil. Et ce fil, c'est le jury qui le tient. Depuis que j'assiste aux soirées slams, jamais jury n'a été aussi sévère que celui qui officiait lundi dernier. Donc, ne vous fiez pas aux résultats...

Valérie Côté a été la première à oser dire ses mots. Nerveuse, la voix chevrotante et s'enfargeant quelque peu avec la langue qui délie, elle a fait dans l'intime racontant avec brio l'amour saphique: 21.9.

Roger Mariage a enchaîné avec ses jeux de mots réfléchis qui nous ont bien faits rire mais le jury est resté de marbre. Le vrai et le semblant, le semblable et les faux frères n'ont su dérider les demi-dieux: 21.3.



Jean Désy nous a transporté dans le grand Nord, entre le Nunavut et l'Inukjuak du poète et le râle de l'orignal «tut tut» en rut: 23.4.



Christine Comeau a prôné la lenteur, la contemplation, évoquant l'instant avant le sommeil, à la diagonal, à l'horizontal: 22.6.

Puis coup de théâtre! Denis Belley, affectueusement appelé Buddah Darvida, a fait participé la foule lors d'un slam irrévérencieux, critique: il faisait répéter à la foule «On s'en câlislam!» après chacune de ses strophes.



André Marceau n'a eu d'autre choix que de le disqualifier car nul slammeur ne peut inciter la foule à participer activement à son slam: huées, «on s'en câlislam!» furent entendus dans la foule qui voulait éviter au poète l'infâme de la disqualification. Aucun coup ne fut porté, si ce ne sont les uppercuts à l'ego de Denis...

In a Buddah Darvida honey, don't you know that we love you.

Frédérick Carrier a tout pété, tout passé: le beurre, le puck, l'argent du beurre et de la puck, mais tout était correct, tout allait bien, tout était ben l'fun.

«Tout est à tout l'monde mais y a du monde qui est plus du monde que d'autre», disait-il, paraphrasant peut-être La Ferme des animaux de George Orwell lorsqu'il dit (je cite de mémoire) que tous les cochons sont égaux mais que certains cochons sont plus égaux que d'autres...

Résultat: 24.2.



Le dernier a slammé fut Edmé Étienne, dont le style punk engagé enragé vient particulièrement me chercher. C'était de loin la performance la plus originale et la plus théâtrale mais, mais, autre coup de théâtre: son slam a duré 5m19!

Eh oui, une autre disqualification. Edmé était vraiment secoué mais lorsque je lui ai dit que je l'avais filmé et que je mettrais ça sur YouTube, ça a semblé lui faire chaud au coeur.



On est donc passé en 2e ronde avec les 5 slammeurs qui n'ont pas été disqualifiés et qui se sont présentés. Étrange soirée que je vous dis...

Donc après une ronde:

Frédérick Carrier: 24.2
Jean Désy: 23.4
Christine Comeau: 22.6
Valérie Côté: 21.9
Roger Mariage: 21.3

Frédérick Carrier a commencé la 2e ronde avec un slam punché mettant en vedette Blackie Lowlife, se moquant de ceux qui ont mauvaise haleine et qui parlent trop près de nous (oui, on en connaît tous), de Tout le monde en parle (à mots à peine couverts) et de ceux qui sourissent câlice...

Blackie Lowlife c'est le Mohammed Ali qui a peur des claques s'a yeule, c'est un Blues Brother, il reculerait l'heure pour rouler en Cadillac et jouer du blues avec Howlin' Wolf et Muddy Waters: 23.3.



Christine Comeau (qui s'en va au Brésil bientôt, tudo bem!) n'avait ni idole ni maître dans son 2e slam et a baigné son sujet dans de l'alcool à fiction. C'est parfait pour LKM. Tout est fiction :)

Résultat: 22.7.



Jean Désy s'est fait poète cosmique comparant l'infiniment lointain et microscopique avec l'infiniment près et familier. C'est 45 milliards de boules bleues sidérées qui partageaient la scène avec le mulot (que le poète aime) qui grignotait les miettes sur la table: 23.6.



Roger Mariage a persévéré dans la même veine, l'air un peu inquiet, sachant que son premier slam n'avait pas fait vibrer le jury. Le 2e a mieux résonné alors que des lignes comme «refuser l'euthanasie à un mort-vivant, est-ce le condamner à la peine de vivre?» et «si quelqu'un affirme être un menteur, peut-on le croire?» nous ont fait réfléchir et sourire: 22.7.



Valérie Côté a fermé la marche avec un autre slam saphique où même les inconnus deviennent terrain connu et où l'index ne laisse jamais perplexe: 22.9.



Vous savez tous compter? Bon OK pas tous ;-)

Frédérick Carrier: 47.5
Jean Désy: 47
Christine Comeau: 45.3
Valérie Côté: 44.8
Roger Mariage: 44

Félicitations aux 4 premiers qui feront partie de la finale régionale qui aura lieu en août!

Dans l'ordre habituel: Jean, Christine et Frédérick.

Frédérick Carrier reçoit ses prix: livres et CD.

BS: Ce compte rendu est purement subjectif. L'objectivité est une pute à un bras nommée Steve.

3 comments:

Nina louVe said...

"Vous savez tous compter? Bon OK pas tous ;-)"

coquin K...non pas tous (riressss)

belle brochette de viVants. merci pour le bilan des moult mots dits.

Tristan Rêveur said...

Oh, flûte! J'ai manqué tout ça?!

LeRoy K. May. said...

nina: tu t'es reconnue ;-)

tristan: tu pourras te reprendre en juin, voir autre article. ou en août pour la grande finale. sinon, l'équivalent doit se produire à mtl aussi, voir blogue de jack desmarais.