30.4.09

Danielewski rocks. You don't.

En suivant le Colloque du LaboNT2, j'ai lu ce tweet:
LaboNT2: Anaïs Guilet : texte imprimé vs. écriture électronique, querelle des anciens et des modernes à la sauce année 90 ! #haalh
Ce qui m'a poussé à googler Anaïs Guilet, qui se trouve intéressée par l'oeuvre de Danielewski et plus particulièrement, House of Leaves, LE livre que j'aurais aimé écrire, qui m'a tant fasciné et donné la chienne lorsque je l'ai lu, en 2005:

Le livre est en effet une des figures centrales du roman de Danielewski où les processus de lecture et d'écriture sont omniprésents que ce soit thématiquement ou formellement. Le roman brouille les pistes paratextuelles dès les premières pages en se présentant comme « House of Leaves », écrit par Zampano, introduit et annoté par Johnny Truant, nos deux figures d'auteur/lecteur. La rédaction, le rassemblement du livre sont alors au centre de l'intrigue qui se déroule en parallèle de l'exploration de l'étrange maison de Navidson. Le titre du roman prend tout son sens : le livre est une maison de feuilles, dont les dimensions sont plus grandes à l'intérieur qu'à l'extérieur, il nécessite donc d'être exploré à l'instar de la maison du photoreporter. Le texte devient dès lors labyrinthique.

4 comments:

Anonymous said...

suis justement occupé de le lire

p.


(des nouvelles de la louve ? les dernières que j'aie reçue n'étaient pas bonnes du tout du tout... malheureusement.)

LeRoy K. May said...

un autre dans le fan club danielewski!

pour nina, je l'ai vu commenter chez McComber (http://roulerosieroule.blogspot.com/) sinon pas de nouvelles.

Anaïs Guilet said...

J'aurais aimé l'écrire moi aussi. Mais à défaut je l'explore et le commente. On compense comme on peut. en matière de Fan club je vous conseille d'aller sur le forum officiel de HOL, c'est fascinant ce que ce roman provoque chez ses lecteurs.

LeRoy K. May said...

je sais que Le Quartanier prépare un long article sur Danielewski, sortie prévue en août; pour le forum, merci je connaissais, c assez incroyable ce que les lecteurs peuvent poser comme questions sur le roman... comme quoi il n'y aucun façon unique de lire un livre!