20.4.09

Génération rock Rive gauche

Via Alain Gabriel:

Très bel article de Gilles Médioni sur la nouvelle génération de chanteurs français :

Ils se ressemblent: environ 30 ans, airs d'étudiants en lettres, rage, minimalisme, exigence, naturalisme, gueule ouverte. Ils prennent la chanson à bras le corps, trait d'union entre Brel et The Clash (1). Et, cinquante ans après les murmures de l'Ecluse, jettent un pont vers une rive gauche hantée par le fantôme du rock anglo-saxon. Dominique A, Mano Solo, Miossec, Silvain Vanot, Thomas Fersen, Jean Bart, Katerine, Pierre Morin, Dominique Dalcan, Jean-François Coen, Mirwais et Juliette... redessinent cette «fine fleur de la chanson française» chère à Jacques Douai, porte-drapeau, après guerre, de la «chanson de qualité».

Pareils au courant Rive gauche ou à celui de la «nouvelle chanson française», ils affirment un style unique: musique dépouillée, textes cérébraux percutés par une chronique insolente de désirs non partagés, d'échecs, de morts, de colères, de haines, de peines. La voix, parfois apprêtée, s'envole du côté de Barbara (Jean Bart, Dominique A), prend une moue à la Bardot (Juliette et les Indépendants). Ou crache une désillusion à la Gainsbourg (Jean-François Coen), une désespérance à la Brel, à la Ferré (Miossec, Mano Solo). Arrimés à leurs stylos, ils arpentent d'un vocabulaire simple et délétère les ports et les bas-fonds, cueillent les fleurs de caniveau et l'écume des tripots. «Quand je m'achève sur les comptoirs/ Comme une grosse baleine», vomit Miossec (Evoluer en troisième division). Jeff n'est pas loin, car Brel veille. Et Neil Young, et Leonard Cohen, et Carco, et Gréco.

2 comments:

le rimailleur said...

On peut pas dire que Miossec, Thomas Fersen, Mano solo, Sylvain Vanot ( ils ont tous les trois quarante cinq ans) et même dominic A soient "la nouvelle chanson française". Ils ont tous percé au milieu des années 90 (et ont commencé donc encore avant). Quant à leur look étudiant en lettre, c'est peut-être vrai pour dominic A, mais Miossec, Mano Solo, Vanot, pas vraiment. C'est effectivement tous des gens qui ont été bercé par le punk lorsqu'ils avaient quinze ans.
Je crois que la description de Gilles Medioni s'applique plutot à ce qu'on appelé la nouvelle scène française : Delerm, Ronan Luce, Cali, Anaïs, Bénabar, Jeanne Cherhal, Camille, Emilie Simon.

Bon j'veux pas jouer les maudits français donneurs de leçons mais quand même :-)))

LeRoy K. May. said...

en fait l'article a été écrit en 95, comme me l'a fait gentiment remarqué Alain Gabriel.

mon intro était trompeuse ;-)