1.4.09

St-Denis coin De Castelnau

Court texte retrouvé en faisant du ménage.
Phil. Câlice d'osti de lesbienne à marde! Toujours en train de ramener des taons à maison!

Nick. Des taons?

Phil. Ben oui, des taons!

Nick. Veux-tu ben me dire c'est quoi, un taon?

Phil. Un taon, c'est une fille laide, un laideron. Si tu regardais moins de films américains et plus de films français, tu saurais c'est quoi, un taon.

Nick. Bon, bon, bon… Nancy t'as pas rappelé?

Phil. Câlice-moi patience, le psy de garde-robe.
Nick avait le don de sortir avec des filles qui, dans le fond, voulaient juste se faire sauter. Des filles lubriques & saphiques, ce qui faisait l'affaire de la câlice d'osti de lesbienne à marde, mieux connue par ses parents sous le nom d'Anick.

Anick la daredevil,

Anick la militaire,

Anick l'autoritaire,

Anick la manuelle.

Anick semblait souffrir de schizophrénie aiguë : autant elle pouvait être douce, gentille et câline, autant, à ces moments, elle se transformait en über-bitch. Genre que t'as envie de la rentrer dans un mur pour que ça lui fasse mal. Ben mal.

Et moi, Phil, je faisais le tampon entre ces deux atomes aux antipodes de l'accommodement raisonnable. Irrécupérables.

2 comments:

Superjoe said...

good old' times!

LeRoy K. May. said...

tell me about it. i was probably drunk at the time (dixit roger waters :)